A tous ceux qui croient…à la démocratie

algorithme et démocratieJean-Baptiste Vandôme

A tous ceux qui croient à la démocratie

A tous ceux qui croient que la démocratie doit intégrer les nouvelles technologies

A tous ceux qui croient que les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de redéfinir la démocratie

A tous ceux qui croient que la démocratie n’est pas et ne doit pas être une affaire de spécialiste mais qu’elle doit être accessible à tout citoyen

Et bien cet article est fait pour en discuter…

Si la démocratie est

l’art de poser les bonnes questions et de trouver les bonnes réponses

alors les systèmes de communication et de traitement des informations actuels le permettent.

Démonstration:

  1. Google l’a déjà bien compris… Par son traitement systématique des mots-clés.
  2. Ainsi chaque citoyen pourrait définir des problématiques sous forme de questions avec des nombres de mots limités et sans aucune répétition
  3. Des moteurs d’analyse utilisant les algorithmes pourraient comparer toutes les définitions et faire ressortir les formulations les plus proches
  4. En fonction du nombre de formulations utilisant des mots-clés similaires, un ou plusieurs élus (sélectionnés au préalable en fonction des mots clés) concernés par la problématique pourraient reformuler une question ouverte utilisant les mots clés les plus récurrents.
  5. Cette problématiques serait soumise à réflexion aux citoyens via un site dédié qui pourraient y répondre toujours en un nombre de mots limités sans aucune répétition.
  6. Les réponses seraient analysées par des algorithmes calculant les occurrences langagières.
  7. Et ainsi de suite jusqu’à obtenir une réponse objective par problématique
  8. Enfin soumission au peuple par référendum de la question fermée (oui/non)…

Je vous invite, si ce qui précède vous interroge, à consulter les documents ci-dessous

Schéma 1 UB         Schéma 2 UB

Nous pourrons ensuite en discuter…

Société des Apatrides

À propos de l'auteur

jbvandome

J'essaye d'exprimer tout haut ce que (...j'espère que...) les autres pensent tout bas précisément sur le thème de la mondialisation. Mondialiste de fait, je participe de toute façon au système économique, que je le veuille ou non ; je suis aussi intimement convaincu que la clé de l'équilibre de la communauté internationale passe par la mondialisation sociale. Et, je m'efforce, dans mes activités socio-professionnelles, de développer cette idée par le biais notamment de l'édition et de la publication. J'ai donc édité en 2015 un jeu de société qui s'intitule « État-Monde » et le recueil de poésie politique « T.E.R.R.E ou Tant d'Exclusion Rend la Révolution Éventuelle ».

Archives par auteur

2 Commentaires

  1. Est il possible de faire partie de la société et de garder sa nationalité? Commencer concilier ethnicisation du monde et universalisme? Comment abdiquer les bornages et les frontières issus du modèle Westphalien tout en garder l’envie et le plaisir dêtre de quelque part? Je n’ai pas compris le schéma 2 UB. Et quand on a pas internet? On fait comment pour participer? Est ce les open sources sont capables de fournir des logiciels adaptés? Peut on fonctioner avec des système genre raspberry – les ordis à 30 eurs? Mariealra

    1. Merci de votre commentaire,
      Effectivement, il est tout à fait possible d’intégrer la Société des Apatrides en conservant sa nationalité mais cela suppose d’accepter que l’identité n’est plus essentiellement basée sur notre appartenance à une nation donnée mais à une entité plus globale.
      Si nous considérons le langage comme étant un signe principal d’appartenance ethnique, alors l’universalisme se traduit par la compréhension mutuelle de ces différents langages.
      L’intérêt général global permettrait la refonte du modèle frontalier actuel, cet intérêt se traduirait par le souci de permettre à chaque individu d’accéder à ses conditions de dignité par, notamment, la réalisation d’infrastructures liées au bien-être de l’être humain (nourriture et eau, déplacement, logement, santé, éducation,…). Quoiqu’il en soit nous serons toujours issus de quelque part.
      Le système intégrant les algorithmes pour la décision n’est pas encore probant et/ou opérationnel…Il est en gestation. L’idéal serait effectivement que des logiciels open-source puissent en être la base. L’application devra être de toute façon multi-compatible.
      Ceux qui ne peuvent dans un premier temps utiliser personnellement internet auront des bornes à disposition.
      J’espère que ces réponses vous paraitront cohérentes cependant qu’elles sont discutables.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *